Mœbius, à la recherche du temps.

Isabelle Giraud

exposition

Naples et le MANN (Musée Archeologique National de Naples) accueillent Moebius cet été, du 10 juillet au 4 octobre ! Venez découvrir l'exposition "Mœbius : à la recherche du temps" au milieu des œuvres archéologiques de la section préhistoire.

MŒBIUS ET L'ITALIE, UNE HISTOIRE D'AMOUR

Nul n’est jamais prophète en son pays et pourtant l’esprit de Mœbius parcourt l’espace et transcende le temps.

Bien sûr, il fut très tôt, et en premier lieu, reconnu par ses pairs en France et sur la planète Terre, tous ceux qui l’ont sans tarder adopté comme l’un des leurs : les dessinateurs et scénaristes de la bande dessinée d’abord, mais aussi Umberto Eco, Federico Fellini (rencontré grâce à Milo Manara) en Italie ; Stan Lee, Georges Lucas ou Ridley Scott aux États-Unis ; Hayao Miyazaki au Japon.

Pour autant, c’est bien en Italie, et avec les Italiens, qu’une relation presque filiale s’est nouée avec un public plus large et toujours plus familial, qui n’hésitait pas à désigner Jean comme le « Maestro ». C’est souvent de la Péninsule que viendra et reviendra le désir de réaliser des projets, d’organiser de grandes expositions monographiques dans des lieux tous plus superbes les uns que les autres. Pour nous, ces séjours tenaient du pèlerinage, dans la mesure où c’est en Italie, à Venise, que nous nous sommes rencontrés pour la première fois, en 1984, trois ans avant de se retrouver puis de fonder une famille.

À l’époque, Jean s’était installé à Venice, en lisière de Los Angeles, où il conçut l’histoire de Venise Céleste. En février, sous la neige, il était venu inaugurer dans la cité des Doges une exposition intitulée « Jean Gir : il nuovo Mœbius », et m’avait dessiné sans y penser une histoire de prince et de petite fée… une histoire qui nous a unis jusqu’à son dernier soupir.

Douze ans plus tard, en 1996, la rencontre de Cristina Taverna à Milan a été l’occasion d’imaginer puis d’inaugurer une série d’expositions — notre propre « campagne d’Italie », en somme — entre Milan, Venise, Bari… Nous avons poursuivi nos escapades au Stromboli, à Turin, à Florence, à Naples, à Sienne…

Nous avons croisé à Naples le chemin de Claudio Curcio, qui montait passionnément le festival de bande dessinée COMICON. Aujourd’hui, l’invitation du MANN et du COMICON à monter cette exposition est une occasion de plus de ressentir à quel point l’Italie a témoigné, et témoigne encore, un soutien inconditionnel à l’œuvre de Jean.


————

Un texte écrit par Isabelle Giraud,

Pour commander le catalogue, c'est par ici !









02 juillet, 2021

Recent Articles

Share On